Велосипед на солнечных батареях стоит 80 000 евро

45963_w_300

Велосипед «Maxun One» с солнечными батареями на передней и задней панелях разработал инженер-программист и изобретатель из голландского города Маастрихт Альберт ван Дален.

На велосипеде установлен небольшой аккумулятор для оптимальной работы, обеспечение подачи электричества при отсутствии солнечного света, а также для создания начального ускорения.

Энтузиаст — велолюбитель рассказал, что энергия солнца позволяет передвигаться на этом велосипеде со скоростью 25 км / ч. Сам владелец двухколесного транспортного средства уже проехал на нем тысячи миль.

Изобретение Альберта ван Далена оценили сторонники использования возобновляемой энергетики, но немало вопросов у них преподает сама конструкция велосипеда, поскольку габаритные панели могут задеть пешеходов или других велосипедистов.

Удивила и цена «Maxun One». Он стоит ни много, ни мало — около 80 000 евро (115 000 долларов). За эти деньги можно купить хороший электромобиль.

Андрей

11 thoughts on “Велосипед на солнечных батареях стоит 80 000 евро

  1. I’m not sure why but this website is loading very slow for me. Is anyone else having this issue or is it a problem on my end? I’ll check back later on and see if the problem still exists.

  2. Thanks, I’ve just been looking for information about this subject for a long time and yours is the greatest I have came upon till now. But, what in regards to the conclusion? Are you positive concerning the supply?

  3. Hello, i think that i saw you visited my blog thus i came to “return the favor”.I am trying to find things to improve my site!I suppose its ok to use a few of your ideas!!

  4. hi there and thank you for your information – I have certainly picked up anything new from right here. I did however expertise some technical issues using this web site, since I experienced to reload the web site many times previous to I could get it to load properly. I had been wondering if your hosting is OK? Not that I’m complaining, but slow loading instances times will sometimes affect your placement in google and can damage your quality score if ads and marketing with Adwords. Well I’m adding this RSS to my e-mail and could look out for a lot more of your respective intriguing content. Make sure you update this again very soon..

  5. This is really fascinating, You are an overly professional blogger. I have joined your feed and sit up for seeking more of your magnificent post. Additionally, I’ve shared your web site in my social networks!

  6. Louisa faisait des crises depuis des mois. Elle était, aux dires de ses proches, violente, se cognait contre les murs, menaçait de se donner la mort ou plutôt la voix qui sortait de sa bouche menaçait de le faire. On la disait méconnaissable. Assez pour décider en désespoir de cause de faire appel à un chasseur de démons. L’exorciste en question appelé par la famille était une personne réputée dans la ville et même au-delà, imam de la deuxième mosquée de la ville. C’est lui qui, avec assistance, a pratiqué le rituel sur la jeune fille. Pendant près de cinq heures, on a fait boire à Louisa plusieurs litres d’eau, on l’a secouée, on lui a flagellé les pieds, tenue par la gorge. Après plusieurs heures de maltraitances, elle est tombée dans le coma. Elle est décédée le lendemain à la suite de ces violences : noyade pulmonaire provoquée par l’ingurgitation massive d’eau salée. La description du rituel peut paraître délirante, et elle l’est, mais ce qui l’est encore plus quand on plonge dans cette affaire, c’est la personnalité de l’exorciste. Il n’était ni fou ni un benêt (d’ailleurs de toutes les personnes présentes pendant le rituel et poursuivies par la justice, personne n’a été jugé irresponsable de ses actes). L’exorciste était présenté comme un homme poli et courtois, impliqué dans la tranquillité des quartiers pour l’implication citoyenne des jeunes. Il faisait en fait partie de cette génération de jeunes qui voulait s’impliquer dans le culte d’une manière différente que celle de leurs parents, venus d’Algérie après la guerre, ne prêchant pas en français, et qui pratiquaient une religion très imprégnée des croyances du « bled ». L’exorciste, lui, prêchait en français, mais surtout il est arrivé à Roubaix au début des années 1990 auréolé du très prestigieux diplôme de théologie de Médine. C’était l’un des premiers Français à revenir en France avec le bagage théologique saoudien. Lui, comme d’autres, allait ramener en France une nouvelle offre religieuse, mais qui pouvaient prédire à l’époque l’influence qu’aurait ici l’islam saoudien ? Tout le monde avait alors les yeux rivés vers l’Algérie, l’Iran, mais pas l’Arabie saoudite. L’Arabie saoudite était pour le grand public tout au plus un partenaire commercial, un excellent débouché pour les armements français. C’est d’ailleurs assez drôle rétrospectivement de se dire que l’année de la mort de Louisa, les ministres du gouvernement Balladur concluaient les contrats pour la vente de frégates Sawari. Et tout ce que cet argent charrierait de plomb et de sang, on ne le saurait bien plus tard, qu’aujourd’hui précisément.

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован.