Вулиця Слов’янська в Ірпені — незабаром відкриття !

Лічені дні залишаються до відкриття оновленої вулиці Слов’янської ( колишня Комсомольська ) в Ірпені.

Роботи ще тривають, але думається, що вже 1 вересня по оновленій вулиці з радістю підуть до школи дітлахи.

 

DSC03080

DSC03084

DSC03081

DSC03083

Андрей

13 thoughts on “Вулиця Слов’янська в Ірпені — незабаром відкриття !

  1. Have you ever considered about adding a little bit more than just your articles? I mean, what you say is valuable and all. However just imagine if you added some great graphics or video clips to give your posts more, «pop»! Your content is excellent but with images and video clips, this site could undeniably be one of the best in its field. Awesome blog!

  2. Hello! I know this is kind of off topic but I was wondering which blog platform are you using for this site? I’m getting fed up of WordPress because I’ve had problems with hackers and I’m looking at alternatives for another platform. I would be great if you could point me in the direction of a good platform.

  3. Thank you for another informative blog. The place else may just I get that type of information written in such a perfect means? I’ve a project that I am simply now running on, and I’ve been on the glance out for such information.

  4. La question se pose à plusieurs titres. Les deux principales figures de l’islam de France ont participé au procès aux assises de Douai en 1997. Et ce n’est pas rien. Dalil Boubakeur, qui vient de tirer sa révérence à la tête de la Grande Mosquée de Paris, a été à l’époque sollicité par la justice pour donner un avis théologique sur la chose. Quant à Amar Lafsar, qui allait rapidement connaître une carrière nationale qu’on lui connaît à la tête de l’UOIF, il a témoigné, en faveur de l’exorciste. Ce qui était assez cohérent. Amar Lafsar voyait en l’exorciste un futur cadre de l’islam de France dans la région. Lafsar comme Boubakeur commençaient leurs carrières à l’époque où l’État balbutiait ses premiers plans pour un islam de France. Et des gens comme l’exorciste, prêchant en français et ayant fait des études, correspondaient au casting potentiel. En étant extérieur au sujet, on pouvait penser qu’en 1994 cette affaire n’était qu’un accident collatéral, un résidu de magie arrivé dans les valises des Algériens fuyant le pays après la guerre. C’est ce que la justice a pu croire peut-être, et d’autant plus qu’en 1994, le nouveau Code pénal qui entrait en vigueur venait d’être épousseté des vieilles contraventions liées à la magie ou la divination. On entrait dans le XXIe siècle et la bulle internet. Toute autorité religieuse proche de ses fidèles aurait dû voir l’explosion de la pratique. Mais surtout le fait que celle-ci était importée d’une dictature théocratique, dont l’expansion de la religion se faisait aux dépens de toutes les autres. Mais peut-être qu’aucun responsable du culte musulman ne voulait s’opposer de manière trop visible au royaume saoudien. D’autant que les autorités saoudiennes ont pris parti dans cette affaire. L’exorciste a bénéficié du soutien du grand mufti d’Arabie Saoudite (autant dire l’équivalant du pape !) en défense, arguant de la bonne foi du chasseur de démon et au passage faisant état de la peine qu’il aurait purgé si l’évènement s’était passé là-bas. En l’occurrence il n’aurait pas été poursuivi. On a du mal à s’imaginer le juge d’instruction français de l’époque recevant cette lettre venue d’une des pires dictatures au monde. Il y a quelque chose qu’on rappelle trop rarement quand il s’agit de parler de l’influence de l’islam saoudien en France. Tous les musulmans du monde prient en direction de la Mecque. S’y rendre est une obligation religieuse. Mais on n’y voyage pas comme ça, le royaume ferme ses portes à qui il veut. Et c’est certainement une des raisons de la grande complaisance de certains responsables du culte à l’égard du royaume. La pratique de l’exorcisme à la saoudienne a explosé en trente ans et dans certains pays comme l’Algérie il y a eu tellement de victimes que le gouvernement a envisagé un temps l’interdire. En France on parle souvent de l’islam pour évoquer les défaillances de ses institutions ou les franges les plus radicalisées. Entre les deux, il y a une majorité silencieuse de fidèles, des familles comme celle de Louisa ou la mienne qui vivent leurs malheurs à huis clos, loin de la politique, c’est vers eux que je préfère porter le regard.

  5. Hi there, simply changed into alert to your weblog through Google, and located that it is truly informative. I’m going to watch out for brussels. I’ll be grateful if you continue this in future. Numerous folks can be benefited from your writing. Cheers!

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован.